20/04/2007

Le Berger Allemand

Le berger allemand

Image:GermanShep1 wb.jpg

 

A la fin du XIX ème siècle, une sélection méthodique a été réalisée, notamment par le capitaine Von Stephanitz, à partir des variétés des chiens de berger allemands du centre et du sud de l’Allemagne, ayant pour objectif de créer un chien d’utilité hautement qualifié. Un apport de sang du Berger écossais a également été pratiqué. Le berger allemand est apparu pour la première fois à l’Exposition de Hanovre de 1892. Le club allemand, créé en 1899, est devenu le club de race le plus important du monde. Dès la première guerre mondiale, le berger allemand affiche ses talents : détecter les gaz de combat, sentinelle, auxiliaire secouriste. Devenu l’archétype du chien d’utilité, le berger allemand, grâce également à son esthétique et son adaptabilité, est devenu le numéro  de la cynophilie mondiale.

 

Tête :

Cunéiforme, bien proportionnée à la taille, sans être lourde ni trop allongée, sèche. La longueur du crâne équivaut à celle du chanfrein. Le stop n’est pas trop prononcé. Museau en forme de coin. Chanfrein rectiligne. Lèvres sèches.

 

Yeux :

En amande, quelque peu obliques, non proéminents. Aussi foncés que possible, vifs.

 

Oreilles :

Dressées, de grandeur moyenne, portées bien droites, symétriques, le pavillon tourné vers l’avant, terminées en pointe.

 

Corps :

De taille moyenne, légèrement plus long que haut, de construction solide, bien musclé. Ossature sèche. Cou robuste, bien musclé sans fanon. Poitrine profonde. Dos musclé, très légèrement incliné vers l’arrière, rein large, fortement développé. Croupe longue légèrement oblique.

 

Membres :

Membres antérieurs droits parallèles, secs. Membres postérieurs légèrement inclinés vers l’arrière. Pieds aux doigts serrés.

 

Queue :

Touffue, atteint au moins le jarret, portée tombante en décrivant une légère courbe.

 

Poil :

Poil double avec sous poil. Poil de couverture dense, droit, rude, couché. Court sur la tête, la face antérieure des membres et des pieds. Un peu plus long et plus fourni sur le cou. Il s’allonge en face postérieure des membres, formant des culottes. Le poil long est un défaut éliminatoire.

 

Robe :

Noire avec des marques brun rouge, brunes ou jaunes jusqu’à gris clair. Noire et grise uniforme, le gris étant charbonné (ombré). Manteau et masque noirs. De petites tâches blanches discrètes sur le poitrail sont tolérées. Le sous poil est d’un gris léger.

 

Taille :

Mâle : 60 à 65 cm

Femelle : 55 à 60 cm

 

Poids :

Mâle : 30 à 40 kg

Femelle : 22 à 32 kg

 

Caractère, aptitude, éducation :

Doit être pondéré, bien équilibré, sûr de lui, vigilant, docile, courageux, avoir un caractère bien trempé et posséder l’instinct de combat. Il est obéissant, d’une fidélité sans faille, un des meilleurs nez. Vif, gai, loyal, il possède de réelles aptitudes à l’éducation car il ne demande qu’à obéir.

 

Conseils :

Importance de l’éducation qui conditionnera le comportement futur de l’animal. Chien sportif qui a besoin d’espace et d’exercice, mais qui vit bien en ville et en appartement s’il peut bénéficier de promenades quotidiennes. Il supporte mal la solitude et ne peut rester enfermé à longueur de journée. Deux brossages par semaine. Dans une portée, ne pas choisir le chiot paraissant surexcité ou peureux car il risque de devenir agressif.

 

Utilisations :

Chien de travail avant tout : chien de troupeau, de guerre, de pistage, de sauvetage, de défense, guide d’aveugle, etc. Chien de compagnie fidèle et affectueux.

 

 

D’après l’encyclopédie du chien de Royal Canin

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Races chiens

10/04/2007

L'insuffisance rénale chronique du chat

L'insuffisance rénale chronique du chat :

L’insuffisance rénale chronique du chat (IRC) est une réduction progressive et irréversible des fonctions rénales (excrétrices et endocriniennes). En général, il faut que 70% des reins soient non fonctionnels pour que des signes cliniques apparaissent.

Elle peut être congénitale (polykystose rénale) ou acquise (néphrite interstitielle par exemple, toxiques).

Les effets de l’IRC sur l’organisme sont multiples : digestifs, ophtalmiques, musculaires, cardiovasculaires, endocriniens, neurologiques.

Le plus souvent, elle touche les chats âgés (à partir de 12 ans).

Les symptômes :

Anorexie (manque d’appétit), amaigrissement, abattement, déshydratation.

En plus de ces symptômes généraux, on retrouvera souvent des vomissements, de la diarrhée, une augmentation de la soif et de la fréquence des urines (= polyuro-polydipsie), de la fatigabilité musculaire, des troubles de la coagulation, de l’anémie, une mauvaise haleine, et parfois des crises de type épileptiforme.

Le diagnostic :

Il se fera grâce à une analyse de sang et une analyse d’urines, qui peuvent être complétées si nécessaire par une échographie et une biopsie.

L’analyse de sang révèlera une augmentation du taux d’urée et de la créatinine.

Le traitement :

Le traitement de l’IRC visera à limiter la progression de la maladie.

Pour cela, le vétérinaire prescrira une alimentation spéciale, pauvre en protéine et en phosphore. Il prescrira également des médicaments chélateurs de phosphore, des stimulants de la fonction rénale. Le choix de ces médicaments dépend des résultats des analyses réalisées par le vétérinaire et de l’état clinique du chat.

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Maladies chien-chat