10/07/2007

L'alimentation du chien âgé

L’alimentation du chien âgé :

 

Lorsque le chien a parcouru 75 à 80% de son espérance de vie, il peut alors vraiment être considéré comme âgé. Les signes du vieillissement deviennent de plus en plus évidents et faciles à reconnaître à partir de 12 ans chez un petit chien, à partir de 10 ans chez un chien de taille moyenne, à partir de 8 ans chez un grand chien.

A ce moment là, une alimentation spécifique peut aider le chien à lutter contre le vieillissement pour qu’il conserve une bonne santé le plus longtemps possible.

Les objectifs des aliments pour « chiens seniors » sont les suivants :

  1. Embellir la peau et le pelage : pour cela, les aliments sont enrichis en acides gras essentiels : huile de poisson et de bourrache, qui a un effet positif sur le brillant du poil, en zinc, cuivre, manganèse.
  2. Contribuer à la lutte contre le vieillissement cellulaire :

Avec des anti-oxydants : vitamine E et C et béta-carotène.

  1. Atténuer les conséquences du phénomène arthrosique :

Avec de la Glucosamine, des sulfates de chondroïtine.

La chondroïtine freine la dégradation des cartilages, la glucosamine stimule la régénération cellulaire de ces cartilages.

  1. Améliorer le statut immunitaire de l’animal et augmenter sa résistance aux infections :

Avec de la vitamine E, C, du béta-carotène, du zinc et de la vitamine B6.

  1. Lutter contre les maladies dégénératives, la cataracte, les tumeurs….

Avec la vitamine E, C et béta-carotène.

Pour ralentir la dégradation progressive du fonctionnement rénal, le taux de phosphore alimentaire est réduit et la qualité des protéines est augmentée.

La quantité de fibres est légèrement augmentée pour fournir plus de lest, ce qui permet de lutter contre le risque de constipation qui accompagne la diminution de l’activité physique du chien.

 

Les chiens âgés ne constituent pas un groupe homogène, il faut différencier l’alimentation de l’animal âgé en bonne santé, de celle de l’animal âgé malade. Des examens vétérinaires réguliers sont indispensables. Ils visent à détecter au plus tôt les éventuelles défaillances de l’organisme au niveau rénal, cardiaque…  Dans bien des cas de maladies chroniques accompagnant le vieillissement, la nutrition peut avoir un rôle préventif ou permettre de limiter l’expression des symptômes cliniques.

Pour ceux souffrant d’affections particulières, votre vétérinaire saura conseiller l’aliment le plus approprié.

 

D’après « l’Encyclopédie du Chien » de Royal Canin.

09:10 Écrit par Dr F. Henin dans Alimentation