10/09/2007

Le nez et l'odorat du chien

Le nez et l’odorat du chien : 

 

Chez le chien, l’odorat peut être considéré comme le sens numéro un. Il sert pour la chasse, pour se repérer, pour communiquer entre individus et indiquer ses préférences alimentaires. Le chien reconnaît plus facilement son maître, sa maison,  à l’odeur plutôt qu’à la vue. Le flair est également important dans la perception et l’appréciation des aliments. Il prime même sur le goût : si l’odeur ne convient pas à l’animal, il refusera d’y goûter.

Par rapport à l’homme, l’odorat du chien est un million de fois plus développé, les cellules cérébrales liées au décryptage des odeurs sont 40 fois plus nombreuses dans le cerveau du chien. Cette grande sensibilité olfactive est également due à la surface du récepteur, la muqueuse olfactive, qui mesure chez le chien 150cm3 contre 3 cm3 chez l’homme.

La muqueuse repose sur des cornets osseux du nez dans le prolongement des narines du chien. Ces cornets sont irréguliers et séparés par des sinus entre lesquels s’engouffre l’air inspiré et s’emprisonnent les odeurs. Un autre organe situé au fond de la cavité nasale, l’ethmoïde, constitué lui aussi de cellules sensorielles, est destiné à l’olfaction.

Les odeurs au contact de ces cellules déclenchent des modifications chimiques entraînant un message nerveux qui aboutit par le nerf olfactif à la zone du cerveau traitant l’information.

La perception des odeurs est variable en fonction de leur composition chimique, du degré d’hygrométrie de l’air ambiant ou de leur poids moléculaire. Une molécule lourde et légèrement soluble dans l’eau est plus facilement perçue. C’est sur ces bases que travaillent les chiens détecteurs d’odeurs humaines (chien de décombre, d’avalanche, de pistage…), ou d’objets (drogues, explosifs, armes…).

D'après l'Encyclopédie du Chien de Royal Canin

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Généralité chiens-chats

01/09/2007

L'American Curl

L’American Curl :

 

Race de chat aux oreilles bouclées en croissant de lune. Cette caractéristique est le résultat d’une mutation spontanée. Cette mutation est due à un gène dominant qui peut être transmis par un seul des parents.

 Aspect général :

De taille intermédiaire, d’un poids de 3 à 5 kg, entre le type médioligne et le type longiligne, ce chat est caractérisé par ses oreilles retournées.

 Tête :

Moyenne, légèrement plus longue que large, sans face plane. Nez droit, présentant une courbe douce au passage du front. Museau ni pointu, ni carré. Menton ferme.

 Oreilles :

Modérément grandes, larges à la base, implantées haut sur le crâne, aux bouts ronds. Pavillon incurvé vers le sommet du crâne. Le degré de « pliage » va de 90° à 180° au maximum. Fourrure étendue à l’intérieur et bouts de lynx appréciés.

 Yeux :

Assez grands, en forme de noix, bien espacés. La couleur qui doit être vive, profonde, uniforme, est sans relation avec celle de la robe.

 Corps :

La longueur est égale à une fois et demi la hauteur au garrot. Ossature et musculature ni trop forte ni trop fines.

 Pattes :

De longueur moyenne, en proportion avec le corps. Les pattes antérieures sont légèrement plus courtes que les postérieures. Bien droites avec une musculature ferme. Pieds moyens et ronds.

 Queue :

Egale à la longueur du corps, large à la base, effilée au bout arrondi.

 Robe :

Deux variétés :

Poils semi long (le plus fréquent), fin, soyeux. Sous poil peu fourni. Absence de collerette ; plumet abondant à la queue.

Poils courts, fins, soyeux, couché. Sous poil réduit.

 Défauts :

Stop trop prononcé. Fourrure épaisse, rude, avec sous poil abondant, collerette. Oreilles placées bas, avec une incurvation trop prononcée (le bout de l’oreille ne doit pas toucher le dos du pavillon ou la tête)

 Caractères et particularités :

Chat au caractère équilibré, d’un tempérament égal, malicieux, joueur, très facile à vivre. Il ne miaule pratiquement pas. Sociable, affectueux, sensible, il est très attaché à son maître. Il accepte ses congénères, les chiens et apprécie les enfants. Actif, il a besoin d’exercice. Un jardin  clôturé lui convient.

La complète maturité est atteinte vers l’âge de 2 ans. Le cartilage des oreilles s’incurve et se durcit à partir du quatrième jour, mais la courbure définitive n’apparaîtra pas avant l’âge de 3 à 4 mois.

Son entretien est facile. Un brossage et un peignage hebdomadaire suffisent.

Le gène porteur de la courbure d’oreilles n’entraîne pas de pathologie particulière. Contrairement à ce qui se passe chez le Scottish Fold, on peut accoupler deux American Curl sans risque pour la future portée. Afin d’éviter une trop forte consanguinité, étant donné la très faible population de cette race, il est conseillé de pratiquer des croisements avec des chats à oreilles normales.

D'après l'Encyclopédie du chat de Royal Canin

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Races chats