10/03/2008

Le chat de l'île de Man (le Manx)

Chat de l’île de Man Image:Manx breed cat named Inkku.jpg

Il est originaire de l’île de Man (en mer d’Irlande).

Il n’a pas de queue : il s’agit d’une mutation génétique spontanée. La consanguinité de la population féline de l’île de Man étant forte, le gène s’est facilement perpétué, et cela depuis très longtemps.

 
  • Tête :

Relativement large et ronde. Front modérément arrondi. Joues proéminentes. Museau très légèrement plus long que large. Nez de grandeur moyenne, sans cassure nette, ni retroussé. Pâtons bien développés et ronds. Menton fort, moustaches grandes.

 
  • Oreilles :

De taille moyenne, larges à la base, bouts arrondis. Bien séparées. Fourrure éparse.

 
  • Yeux :

Grands, ronds, légèrement en biais. Couleur en harmonie avec celle de la robe.

 
  • Cou :

Court, épais, puissant.

 
  • Corps :

De taille moyenne, solide, compact. Poitrail large. Dos court, convexe. Croupe plus haute que les épaules, très arrondie. Ossature robuste. Bonne musculature.

 
  • Pattes :

Pattes antérieures plus courtes que les postérieures. Forte ossature et musculature bien développée. Pieds ronds. Démarche sautillante rappelant celle du lapin.

 
  • Queue :

Variété :

Rumpy : absence de queue : aucune vertèbre caudale ou coccygienne. Il doit y avoir un creux à l’emplacement de la naissance de la queue.

Rumpy riser : pas de vertèbre caudale mais 1 à3 vertèbres coccygiennes recouvertes par un toupet de poils.

Stumpy : queue de quelques centimètres, 1 à 3 vertèbres caudales avec souvent des anomalies osseuses (queue nouée)

Longy ou tailed : queue normale ou noueuse.

 
  • Robe :

Poils courts, denses et doubles (sous poil très épais). Toutes les couleurs et les dessins sont permis avec ou sans blanc.

 
  • Défauts :

Yeux non placés en biais. Corps long, élancé. Dos plat. Pattes arrière courtes. Ossature fine. Disqualification : faiblesse du train arrière.

 
  • Caractère et particularités :

Chat doté d’un excellent caractère, s’adapte facilement aux changements de mode de vie. Sociable, il accepte les autres animaux. Patient avec les enfants, il est affectueux avec son maître. Robuste, vif, actif, c’est un bon chasseur. La prolificité de cette race est plus faible que la moyenne des autres chats. La croissance des chatons est lente. Son élevage est délicat. Les chatons homozygotes (porteurs de deux fois le gène mutant dominant) meurent dans l’utérus (développement incomplet de la moelle épinière). Donc tous les Manx sont hétérozygotes. Il ne faut pas accoupler deux chats rumpy en raison d’une possibilité d’apparition d’un gène létal. Pour éviter cela, il est conseiller de croiser un Manx avec un British Shorthair en sachant que tous les chatons de la portée ne seront pas des Manx.

 

D’après l’encyclopédie du chat de Royal Canin

 

Eleveurs :

http://breeders.royalcanin.be/index.cfm?&lang=fr

http://www.centralefeline.be/accueil.php?langue=fr

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Races chats

04/03/2008

Plusieurs cas de rage sur des chiens en France

Un cas de rage a été confirmé le 26/02/08 chez une chienne dénommée CRACOTTE dans le département de la Seine et Marne : commune de GRANDPUITS-BAILLY-CARROIS (77 720). La souche a été génotypée le 27/02/08, il s’agit d’un lyssavirus de génotype 1, de type Africa I et provenant du Maroc.

D’après les éléments connus issus des entretiens conduits, une hypothèse possible serait :

-       le chien GAMIN s’est contaminé au Maroc lors d’un séjour de plusieurs mois,
-       à son retour en France, le chien GAMIN a contaminé YOUPI,
-       YOUPI a ensuite contaminé CRACOTTE.

Les dates des euthanasies des chiens sont :

-       12.11.07 pour GAMIN, euthanasié dans le Gers (piroplasmose diagnostiquée), pas de recherche de rage ;
-       05.01.08  pour YOUPI, euthanasié (empoisonnement diagnostiqué) en Seine-et-Marne, pas de recherche de rage ;
-       19.02.08  pour CRACOTTE, euthanasié en Seine-et-Marne.

Les périodes d’excrétion virale des chiens, calculées en retranchant 15 jours à la date d’apparition des premiers symptômes ou à défaut 20 jours avant la date d’euthanasie, sont :

- du 22.10.07 au 12.11.07 pour GAMIN ;

- du 15.12.07 au 05.01.08 pour YOUPI ;

- du 01.02.08 au 19.02.08 pour CRACOTTE.

Compte tenu de ces informations, la période à risque de contamination pour l’homme et les animaux ayant été en contact avec ces trois chiens est du 22 octobre 2007 au 19 février 2008 inclus.

Les endroits connus de séjour des chiens pendant leur période d’excrétion virale sont :

-       Tarbes (Hautes-Pyrénées) pour GAMIN ;

-       Montestruc (Gers) pour GAMIN ;

-       Montestruc, environs de Lisieux (Calvados) et Grandpuits (Seine-et-Marne) pour YOUPI ;

-       Grandpuits (Seine-et-Marne) pour CRACOTTE.

La recherche de l’origine de la contamination de la chienne se poursuit : les enquêtes continuent afin d’établir avec précision le circuit de ces animaux, retrouver les personnes-contacts ainsi que les animaux-contacts en vue de leur prise en charge. Cette recherche et les signalements spontanés pourraient conduire à détecter d’autres animaux enragés ou fortement suspects de l’avoir été.

En parallèle, la plate-forme téléphonique nationale (numéro vert : 0800 13 00 00 00, entre 9h et 19h) permet également d’identifier les personnes qui auraient été mordues, griffées, égratignées ou léchées sur une muqueuse (bouche, yeux…) ou sur une peau lésée, par un chien dans les environs de Grandpuits, de Lisieux, de Montestruc ou de Tarbes, ainsi que les personnes dont l’animal aurait été en contact avec l’un de ces trois chiens entre le 22 octobre 2007 et le 19 février 2008. A cette occasion, les appelants signalant un animal-contact sont invités à contacter la DDSV dans le département où ce chien réside ou leur vétérinaire.

 
Le Directeur Départemental des Services Vétérinaires

10:33 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité