10/12/2011

Anatomie du cobaye

Anatomie du cobaye :

 

 

Le cobaye est un mammifère rongeur hystricomorphe herbivore à activité diurne, grégaire.

C’est un petit mammifère au corps compact, ramassé, sans queue, avec de courtes pattes. Il possède 4 doigts à l’avant, 3 à l’arrière. Ils ont une zone dépilée à l’arrière des oreilles, une glande sébacée au bas du dos.

Les dents sont à croissance continue suivant la formule :

Incisives : 1/1, Canine : 0/0, Prémolaires : 1/1, Molaires : 3/3. Les dents maxillaires (en haut) sont inclinées latéralement, les dents mandibulaires (en bas) médialement.

Le cobaye a une ouïe et un odorat très développés.

Le tube digestif est très long, plus de 2 mètres. Le canal inguinal reste ouvert. La symphyse pubienne est fibro cartilagineuse et se soude définitivement après l’âge d’un an.

Les femelles pèsent entre 700 gr et 1 kg, les mâles entre 850 gr et 1,200kg.

L’espérance de vie est en moyenne de 6 ans.

 

05-09-2011 011.jpg

 

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Généralités rongeurs - lapins

01/12/2011

L'alouette des champs

Article de la ligue de protection des oiseaux:

http://www.protectiondesoiseaux.be/index.php/faune/51-ooi...

Tout le monde connaît l’Alouette des champs, même si l’oiseau se fait rare dans nos campagnes où ses trilles ascendantes clamaient naguère les étés chauds au-dessus des champs de céréales lourdes en promesses de moissons dorées.

S’élevant par étages successifs vers les cieux tout en lançant son chant mélodieux, en trilles ininterrompues, l’Alouette atteint des hauteurs telles que l’œil nu a de la peine à la suivre. Elle se laisse ensuite chuter vers les labours où elle se pose après une magistrale ressource effectuée au ras du sol.

C’est, à l’origine, un oiseau des steppes, ce qui explique sa dépendance vis-à-vis des espaces dégagés. Elle peut aussi bien se rencontrer sur les pâtures ou les prés de fauche, les cultures, les bruyères et les schorres que sur les terrains portuaires exondés. L’espèce est donc peu représentée dans les régions les plus urbanisées ou les plus boisées.

L’Alouette fait son nid au sol. L’intensification de l’agriculture, l’emploi de pesticides, la progression de la culture du maïs impliquant des travaux du sol et le semis en pleine période de reproduction de l’oiseau sont donc des facteurs importants dans la régression de cette espèce. En outre, une influence directe sur la nourriture de l’espèce se marque tant au cours de la nidification (insecticides) qu’en dehors de celle-ci (herbicides).

L’Alouette se nourrit d’invertébrés vivant au sol, de graines et de parties de plantes. Si nos populations sont partiellement sédentaires, elles sont rejointes, de novembre à avril, par des individus venus du nord et du centre de l’Europe.

Fiche technique: Alouette des champs (Alauda arvensis)

Taille: 17/19 cm

Reproduction: 3 à 5 œufs

Couvaison: 11 à 14 jours

Sevrage: 20 jours (nidifuge)

alouette1[1].jpg

alouette[1].jpg

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Races oiseaux