04/08/2016

Vous avez trouvé un oisillon... que faire?

Listes des centres de revalidation en Belgique:

http://protectiondesoiseaux.be/index.php/les-centres-de-r...

 

 

oiseaux.jpg

17:29 Écrit par Dr F. Henin dans Généralité, Maladies oiseaux, Nature

20/02/2016

Transport d'oiseau blessé

12299370_457606247759223_1046858492198742019_n[1].png

Lors du transport d'un oiseau sauvage, pensez à utiliser une boîte en carton adaptée à la taille de l’animal! Si la boite est trop grande, l'animal risque d'être fortement secoué et ces secousses peuvent lui être fatales!

Source:

http://www.epervier.be/

https://www.facebook.com/Lépervier-199032660283251/?fref=photo

 

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Généralité, Maladies oiseaux, Nature

10/07/2015

Vous trouvez un oisillon... que faire?

Oisillons.jpg

source: Ligue Royale Belge de Protection des Oiseaux

Liste des centres de revalidation en Belgique:

http://protectiondesoiseaux.be/liste-des-centres-de-revalidation/

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Généralité, Maladies oiseaux, Nature

10/06/2015

Le picage ( chez les oiseaux)

Le picage chez les psittacidés. (perroquets, perruches)

 

Symptômes :

L’oiseau présente un aspect mité, seuls la tête et le cou ont un aspect normal.

Il s’arrache les plumes ou les casse sur les parties du corps qui sont accessibles au bec. Certains oiseaux mâchent leurs plumes sans les arracher.

Ce picage est fréquent chez le Gris d'Afrique, les amazones, les inséparables, certains callopsites et les cacatoès.

Dans certains cas, le picage s'accompagne d'automutilation (blessures profondes des pattes par exemple)

 

Diagnostic :

Il ne faut pas confondre le picage avec le comportement normal de lissage des plumes, avec des problèmes de mue (dysplasie folliculaire) ou avec des parasites externes (poux).

 

Traitement :

La cage de l’oiseau est placée dans une pièce calme, elle est recouverte pendant la nuit (12 heurs d’obscurité). L’alimentation est corrigée, elle doit être équilibrée et contenir des graines non décortiquées. Un miroir pendu à une chaîne est placé dans la cage.

Parallèlement, le vétérinaire prescrira des médicaments.

En général, le picage s’arrête rapidement et les plumes repoussent en trois mois.

 

 

Extrait de :  Médecine des NACS ( Dr Didier Boussarie) 100 cas cliniques.

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Maladies oiseaux

01/07/2011

Le botulisme dans les étangs

La bactérie: ennemie invisible
Le botulisme est une intoxication alimentaire causée par une bactérie anaérobe (cad se développant dans les milieux pauvres en oxygène), Clostridium botulinum, qui produit une toxine qui entraîne la mort par paralysie. La maladie se propage entre autres par l’intermédiaire de la nourriture contaminée par cette toxine.
Les oiseaux contaminés ont des difficultés à se mouvoir et présentent une paralysie progressive des pattes, des ailes et du cou. La mort survient rapidement ensuite par paralysie du système respiratoire ou noyade des oiseaux. La décomposition des dépouilles d'oiseaux ayant été contaminés par la toxine provoque ensuite une contamination en chaîne, notamment des oiseaux qui s'alimentent d'asticots qui se développent sur les cadavres (mouches à viande) ou des charognes elles-même. Un seul asticot contient assez de cette toxine pour provoquer la mort d'un canard colvert.
 
Que faire contre le botulisme ?
Les animaux morts doivent être acheminés par les autorités ou associations compétentes vers un centre crématoire où ils seront incinérés. Lorsqu’ils sont encore vivants, ils doivent être évacués rapidement vers des centres de revalidation (CROH, CREAVES) où ils recevront des soins adaptés, notamment un sérum de l’Institut Pasteur.
On peut aussi agir préventivement ou curativement sur le milieu en l’aérant. La projection d'eau fraîche à l'aide de puissantes pompes ou de fontaines permet d’augmenter le taux d'oxygénation de l'eau du site contaminé. La pollution généralisée des eaux de surface, notamment par les phosphates et les nitrates, favorise également le développement de la bactérie et l’apparition de la maladie. Il est donc nécessaire de limiter au maximum tout apport de ces polluants dans le milieu.

Que peut faire monsieur et madame tout le monde ?
Le problème principal dans les villes, c’est le nourrissage des oiseaux d’eau. Il ne faut pas donner du pain et d’autres nourritures qui, jetés dans l’eau, fermentent et favorisent le développement de la bactérie et donc la contamination des aliments. Ce faisant, vous contribuez aussi à limiter les populations de rats et tous les problèmes sanitaires qui y sont liés.

Source: www.cowb.be

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Maladies oiseaux