01/12/2016

Nourrissage hivernal des oiseaux

Nous vous invitons toutes et tous à être particulièrement actifs en matière de nourrissage hivernal des oiseaux sauvages.


Les hivers rigoureux sont une des principales causes de mortalité naturelle chez les oiseaux. Beaucoup de bonnes volontés se rappellent alors l’existence de nos amis à plumes et les aident comme ils peuvent à passer ce cap difficile. Ont-ils tort ?
Ont-ils raison ? Les oiseaux n’ont évidemment pas attendu l’homme pour pouvoir survivre à des hivers rigoureux. Qui plus est, cette saison joue également un rôle de sélection naturelle des individus au sein des populations. Alors, pourquoi les nourrir ?

Il faut savoir que nos milieux se sont terriblement appauvris au fil du temps. Que les paysages, fortement banalisés, surtout en milieu périurbain ne leur offrent plus une nourriture variée et abondante. Que celle encore disponible est parfois empoisonnée par les diverses activités humaines. Alors, ne leur devons-nous pas un petit coup de pouce ? Et puis avouons-le, c’est aussi pour
notre plaisir !

L’impact global du nourrissage sur les populations d’oiseaux est difficile à évaluer. Les observations conduisent parfois à des conclusions contradictoires. Il est en tout cas sûr que seules certaines espèces en bénéficient et ce ne sont pas les plus menacées. Nous conseillons donc d’aider les oiseaux des jardins pendant la mauvaise saison, en hiver, lorsque les ressources habituelles de nourriture se font rares ou sont rendues inaccessibles sous une épaisse couche de neige.

Comment bien nourrir les oiseaux ? Seulement par grands froids !

Apprenons à observer la nature. Elle donne le signal quand disparaissent les insectes et débutent des périodes de gel prolongé, de neige persistante ou de pluies incessantes. La régularité dans le nourrissage est capitale. Il est impératif de ne pas interrompre le nourrissage pendant les périodes de grand froid car les oiseaux ayant pris l’habitude de s’approvisionner aux mangeoires, risquent de ne pas disposer d’assez de réserves leur permettant de trouver une autre source de nourriture. Ce ravitaillement sera seulement supprimé à l’approche du printemps. Lorsque débute la saison de reproduction (d'avril à septembre), la nourriture redevient abondante et de bien meilleure qualité nutritive pour les oisillons qui sont alors nourris essentiellement d’insectes. Laissons alors les oiseaux insectivores jouer efficacement leur rôle d’insecticide naturel.

Les 11 règles d’un bon nourrissage :
1. Nourrissez pendant les grands froids, les jours de neige ou de pluies incessantes.
2. Disposez de la nourriture matin et soir.
3. Changez régulièrement l’eau des abreuvoirs et n’y ajouter aucun additif.
4. Nettoyez régulièrement les mangeoires.
5. Protégez les graines de l’humidité et de la pluie.
6. Ne donnez pas d’aliments salés.
7. Placez la mangeoire et les aliments hors de portée des prédateurs.
8. Surtout, n’arrêtez jamais en plein froid un nourrissage commencé, les oiseaux devenus dépendants seraient condamnés !
9. Offrez des aliments variés à plusieurs endroits.
10. Ne donnez pas de trop grandes quantités à la fois
11. Ne proposez jamais d’aliments moisis ou avariés.

Comment faut-il nourrir les oiseaux en hiver ?
Nous venons de voir que chaque espèce est tributaire d'une nourriture et que toutes ne la recherchent pas nécessairement au sol, certaines étant plus arboricoles que d'autres. Il faut donc nourrir de façon variée en divers endroits, les uns plus éloignés que les autres, suivant le degré de témérité de l'oiseau qui se rapproche de nos habitations. Le Pigeon ramier (de nos campagnes) sera donc nourri à la plus grande distance (de fuite) que la Mésange charbonnière ou le Rougegorge qui ont l'art de nous interroger sur nos intentions jusqu'au seuil de nos portes.
Disposez des graines (sauvages) sous un arbre ou un arbrisseau, pour les tourterelles par exemple, est préférable au nourrissage au beau milieu d'une pelouse.
Même si la mangeoire est visitée par de nombreuses espèces, cette méthode n'est pas universelle: n'oubliez pas de prendre des 'boules à mésanges', des distributeurs automatiques, des bardes de lard non salé et autres friandises à divers endroits de votre jardin.
Variez les emplacements de nourrissage au sol, ne mélangez pas diverses sortes de nourriture présentées 'en tas' (cacahuètes ou arachides moulues avec des graines par exemple) dans les mangeoire.
Ne donnez que des produits de qualité et éviter ainsi les moisissures ou la contamination des aliments par déjections, afin d'écarter les épidémies (les Verdiers et les Tourterelles turques sont très sensibles à la consommation d'aliments pollués de la sorte).
Placez votre mangeoire à bonne distance d'une verrière ou de la porte vitrée de votre salon, afin d'éviter les accidents de collision provoqués par l'envol subit des oiseaux à l'approche d'un Epervier. Par contre, donnez à vos oiseaux toute possibilité de refuge vers des buissons tout proche où ils pourront s'abriter en cas de danger.

Et si vous avez des chats, faites de sorte que les oiseaux puissent toujours être avertis de leur présence: il est inutile de vouloir nourrir les oiseaux si vous avez plusieurs minous 'chasseurs'  en liberté à l'extérieur.


Prodiguez la nourriture en petite quantité raisonnable suivant le nombre de vos hôtes: ce n'est pas en nourrissant d'abondance, dès le départ, que vous aurez plus de visiteurs ailés! Mais distribuez celle-ci à heure fixe et régulièrement de préférence tôt le matin, puis une seconde fois si nécessaire en début d'après-midi afin d'éviter le gaspillage et la contamination.

Si vous avez le temps et si vous possédez (un peu) l'art culinaire, voici une petite recette pour la fabrication d'un mélange idéal à placer dans un 'pot-de-fleur-nourrissoir'. Vous malaxez et chauffez un mélange fait de graisse à frites, d'huile végétale, d'arachide, d'avoine concassée, de tournesols, de petites graines sauvages et de pâtée pour oiseaux insectivores; vous transvasez dans de petits pots-de-fleurs, munis d'un bâton-perchoir passé par le trou du récipient et vous laissez refroidir le tout avant de pendre dans votre jardin ce menu à la carte.

D'après le site de la COWB (commission ornithologique de Watermael Boitsfort:

http://www.cowb.be/cowb/index.php?option=com_content&...

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

20/11/2016

Le hérisson et l'hiver

Le Hérisson et l’hiver

Contrairement aux rongeurs hibernants, le hérisson approvisionne sa nourriture sous forme interne de graisse. Il est donc vital qu’il puisse s’engraisser avant la mauvaise saison et si ce n’est pas le cas une nourriture riche et abondante durant l’hiver lui permettra de se trouver au printemps en pleine forme afin de pouvoir à nouveau vivre librement et nous gratifier de ses services dans nos jardins.
En fin d’été, le hérisson grossit énormément, il se constitue une réserve de graisse pour pouvoir passer l’hiver. Il est donc vital pour lui qu’il puisse s’engraisser suffisamment durant l’automne.

Le gîte d’hiver qu’il va aménager est d’une importance cruciale puisqu’il lui fournit la seule protection contre le froid et l’humidité. La construction est soigneuse, sous un couvert, idéalement imperméable et dans une structure permettant d’y encastrer et empaqueter un amas composé principalement de feuilles mortes, rentrées sèches, d’une épaisseur d’au moins 10cm qui entourera finalement le hérisson.
Le choix du site est multiple, du moment que la protection est efficace: tas de bois ou de branchages, buisson touffu, sous le plancher d’un hangar ou d’un abri de jardin ou tout autre recoin où il se sentira en sécurité et qu’il aménagera de façon confortable pour attendre le printemps.

Quand il a au moins 450 à 500gr et que la température se met à baisser, il se met progressivement à hiberner dans le gîte qu’il s’est aménagé.
A ce moment-là, sa température qui est normalement de 35° tombe fortement, s’adapte aux fluctuations climatiques et il s’endort. Il se réveillera plusieurs fois au cours de l’hiver, ce qui est indispensable pour éliminer l’acidose qui s’installe durant ses hypothermies. À chaque fois, il perd un peu de ses réserves.

Si vous connaissez son abri, pourquoi ne pas y déposer un peu de croquettes pour chats, à l’abri de ceux-ci et des intempéries, pour qu’il puisse grignoter un peu au cours de ses réveils.
Il ne faut surtout pas déranger un hérisson que vous trouvez endormi pendant l’hiver. Par contre, si vous trouvez un hérisson qui se promène en plein jour, et s’il ne pèse pas 500gr, mieux vaut nous le faire parvenir afin qu’il soit aidé et puisse profiter du printemps suivant.

Article du site de Birds Bay : http://www.birdsbay.be/

BirdsBay Contact : GSM 0498/501.421 ou 0495/311.421.
Birds Bay a déménagé  dans un endroit idéal au centre du Brabant Wallon: le Domaine Provincial du Bois des Rêves à Ottignies-Louvain-La-Neuve.

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

10/08/2016

Moineaux à Saint-Gilles (Bruxelles)

Moineau domestique

Un groupe "amis des moineaux" a vu le jour à Saint-Gilles pour leur donner la possibilité de reprendre leur place au sein de la ville, des espaces publics et des jardins.

Il est soutenu par la Maison Eco, le contrat de quartier Parvis-Morichar et Morichar en Transition.

Après une conférence sur la problématique du moineau en ville au mois de février dernier par Didier Van Geluwe, plusieurs réunions de travail ont eu lieu ainsi que des actions de terrain (stand de sensibilisation, observations,...) et une première cartographie des colonies présentes à St-Gilles. Le plan d'action pour les mois qui viennent est déjà bien chargé et vise les habitants, les écoles et les acteurs de la rénovation des bâtiments y compris les architectes.

Si vous habitez Saint-Gilles (ou êtes simplement intéressé par l'action), n'hésitez pas à prendre contact avec le groupe de travail ou à leur signaler l'une ou l'autre colonie de votre quartier. Adresse de contact : maisonecohuis(at)stgilles.irisnet.be - 02/533.95.90.
Et encodez vos observations sur bru.observations.be

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Généralité, Nature

04/08/2016

Vous avez trouvé un oisillon... que faire?

Listes des centres de revalidation en Belgique:

http://protectiondesoiseaux.be/index.php/les-centres-de-r...

 

 

oiseaux.jpg

17:29 Écrit par Dr F. Henin dans Généralité, Maladies oiseaux, Nature

20/02/2016

Transport d'oiseau blessé

12299370_457606247759223_1046858492198742019_n[1].png

Lors du transport d'un oiseau sauvage, pensez à utiliser une boîte en carton adaptée à la taille de l’animal! Si la boite est trop grande, l'animal risque d'être fortement secoué et ces secousses peuvent lui être fatales!

Source:

http://www.epervier.be/

https://www.facebook.com/Lépervier-199032660283251/?fref=photo

 

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Généralité, Maladies oiseaux, Nature

29/01/2016

Comptage des oiseaux les 30 et 31 janvier 2016

Pour la Belgique:

Chaque année depuis 2004, Natagora organise un recensement des oiseaux de jardin.

Grâce aux observations fournies par les dizaines de milliers de participants, nous en apprenons plus sur leurs mœurs et pouvons mieux les protéger. Pour vous, c'est une occasion unique d'apprendre à reconnaître les oiseaux du jardin et d'observer leur mode de vie. L'émerveillement est garanti !

 

Voyez les détails d'inscription set d'encodage sur le site de Natagora: http://www.natagora.be/index.php?id=devine_qui_oiseaux0

Participez, c'est très simple !

1. Observez les oiseaux de votre jardin au moins une heure sur le week-end. Si vous observez à plusieurs moments de la journée, ou un peu le samedi et un peu le dimanche, vous aurez plus de chance d'observer des espèces différentes.
2. Identifiez les oiseaux de votre jardin, en vous aidant de nos outils d’identification.
3. Pour chaque espèce identifiée, notez le nombre maximum d'oiseaux que vous avez observés en même temps.
4. Renseignez vos observations 

Impatient de participer ces 30 et 31 janvier 2016 ? Inscrivez-vous dès maintenant !

 

Pour la France:

Le comptage est aussi réalisé les 30 et 31 janvier 2016:

https://www.lpo.fr/actualites/les-30-et-31-janvier-2016-4....

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

10/01/2016

Prédation oiseaux

La principale cause de prédation chez petits oiseaux sont les chats ! En sachant qu’une femelle de chat peut potentiellement fournir une descendance de plusieurs dizaines de milliers de jeunes tout au long de sa vie, il est aisé de comprendre pourquoi la stérilisation dès le plus jeune âge est importante !

Pour rappel en Belgique: A partir du 1er septembre 2014, tout chat devra être stérilisé, identifié et enregistré avant d’être vendu ou donné. Cette mesure touchait déjà depuis septembre 2012 les chats de refuge mais est dorénavant étendue aux éleveurs et aux particuliers.

L’obligation de stérilisation intervient notamment afin de lutter contre l’abandon ou l’euthanasie de chatons. En effet, dès l’âge de cinq mois, un chat est déjà fécond. Une femelle non stérilisée peut avoir deux à trois portées par an et donc avoir, au cours de sa vie, une centaine de chatons. Depuis septembre 2012, tous les chats de refuge sont stérilisés et identifiés avant de pouvoir être adoptés.

Pour en savoir plus sur la prédation des chats sur les oiseaux, et les moyens de diminuer cette prédation:

http://www.ornithomedia.com/pratique/conseils/proteger-oiseaux-chats-00031.html

 

Portées chatte.jpg

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

20/12/2015

Le sel toxique pour les animaux

 Des tonnes de sel (Chlorure de Sodium – NaCl) sont été déversées en hiver sur nos routes pour dégager la neige et la glace de celles-ci.  Du sel dans l’eau fait baisser le point de congélation. Si l’eau contient 10% de sel, la congélation se fait à -6°C; si elle contient 20%, cela passe à -16°C; si l’eau est ‘saturée’ en sel, le point de congélation se fera à -21,1°C.

Selon la grandeur des grains, le sel peut avoir un autre effet. Les grains fins se dissolvent plus rapidement et sont donc utilisés en prévention. Les gros grains (d’un diamètre de 3 mm) se dissolvent plus lentement et ont un effet à long terme. Ils plongent plus profondément dans le tapis neigeux et sont donc généralement utilisés après des précipitations hivernales.

Le sel est très nocif pour l’environnement et peut même être mortel pour les oiseaux. En ingérant du sel ou de l’eau salée, ils risquent de souffrir d’intoxication. Des symptômes cliniques sérieux apparaissent après l’ingestion de 2.000 mg/kg du poids du corps (une cuiller à café de sel de cuisine contient à peu près 5.000 mg de sel). Les animaux sont alors étourdis, réagissent avec lenteur aux stimulations, se laissent facilement approcher, ne s’envolent plus et se laissent plus facilement surprendre par un véhicule.

Si le fait de boire de l’eau peut permettre de diminuer l’effet toxique du sel sur l’oiseau, le gel qui sévit depuis plusieurs jours a sensiblement raréfié les points d’eau. C’est pourquoi la LRBPO invite à mettre de l’eau fraîche à disposition des oiseaux et à changer régulièrement cette eau pour éviter qu’elle ne gèle. La LRBPO demande également des épandages moins importants sur les routes secondaires et rurales ainsi que sur celles situées en lisière des bois.

 

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

01/12/2015

Hibernation du hérisson

Source: L'Epervier: http://www.epervier.be/

 

L’HIBERNATION DU HÉRISSON.

L’hibernation du hérisson est un phénomène complexe qui provoque une diminution de l’activité de

l’animal jusqu’à l’arrêt quasi complet de ses fonctions vitales. Il ne respire plus qu’une à deux fois par

minute et son rythme cardiaque passe sous les vingt pulsations-minute. Il reste ainsi complètement

immobile tandis que sa température diminue progressivement.

Le but de l’hibernation est de conserver un maximum de son énergie pendant la période de disette.

En effet, l’alimentation du hérisson est composée presque exclusivement d’insectes et de vers qui

sont eux-mêmes en hibernation pendant cette période.

Tout commence au milieu de l’automne après que le hérisson ait mangé énormément pour pouvoir

se constituer d’importantes réserves de graisse. La diminution de la luminosité mais aussi et surtout

de la température (sous les 11 degrés de jour comme de nuit) déclenche un phénomène de

somnolence qui pousse le hérisson à se construire un nid sous une racine, un tas de bois ou

n’importe quel trou compact. Il collecte des feuilles mortes et de la mousse en grande quantité et les

compresse en couches successives de manière à créer un véritable couche protectrice contre la

déperdition de chaleur comme autant de couvertures qui envelopperaient l’animal . En effet, si le

hérisson hibernait directement au contact du sol froid, il perdrait sa chaleur en quelques heures et

mourrait.. mais ainsi protégé, sa température ne diminue que très lentement. Cependant, il se

réveille malgré tout deux ou trois fois au cours de l’hiver car la température du hérisson ne descend

jamais en dessous de zéro degré sans quoi il mourrait congelé. Donc, vers les 5 degrés, un processus

interne le réveille avant qu’il ne soit sous zéro. L’animal se remet alors lentement à bouger et à se

réchauffer jusqu’à atteindre sa température initiale. Il sort alors quelques heures de son nid pour

tenter de trouver à manger avant de retourner dormir. Il est donc normal de voir de temps en temps

un hérisson en plein hiver à l’extérieur !

Une fois bien réchauffé, le hérisson retourne à son repos et un nouveau cycle d’hibernation

recommence.

Il faut noter que ce n’est pas le processus de refroidissement mais bien celui du réchauffement qui

est le plus mortel pour le hérisson car il doit brûler de la graisse pour se réchauffer. Plus l’animal se

réveille durant l’hiver, plus il consomme ses réserves et risque de mourir. Les hivers tièdes , lorsque

les températures oscillent entre les 9 et 11°, sont particulièrement meurtriers car le hérisson oscille

alors entre somnolence et hibernation vraie.

TOUT DERANGEMENT DU NID ENTRAINE LE REVEIL DU HERISSON.

Il ne faut donc JAMAIS déranger un hérisson au repos. Si l’animal a créé sont nid sous un tas de bois,

laissez le bien tranquille et brulez ce bois en dernier à la fin de l’hiver.

D’autre part si vous apercevez un nid de hérisson, un réflexe utile est de déposer délicatement de la

nourriture à proximité. Il existe à présent des produits spécialement conçus pour eux dans le

commerce.

TOUT HERISSON EN DESSOUS DE 400 GRAMMES EST CONDAMNE DURANT SON HIBERNATION !

Donc, si vous découvrez un hérisson en train de gambader à l’automne ou en hiver, pesez-le ! Sous

les 400 grammes, l’animal doit être transféré dans un centre de soins où il sera maintenu réveillé

jusqu’au début du printemps.

Listes des centres de revalidation belges: http://protectiondesoiseaux.be/liste-des-centres-de-reval...

 

 

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

10/07/2015

Vous trouvez un oisillon... que faire?

Oisillons.jpg

source: Ligue Royale Belge de Protection des Oiseaux

Liste des centres de revalidation en Belgique:

http://protectiondesoiseaux.be/liste-des-centres-de-revalidation/

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Généralité, Maladies oiseaux, Nature

10/03/2015

Grand-duc d'Europe

Communiqué NATAGORA:   Inoffensif Grand-duc, sauf échappé de captivité

 
Depuis quelques jours, de nombreux médias relayent l’histoire d’un Grand-duc d'Europe terrorisant les habitants de la petite ville hollandaise de Purmerend. Un nouveau grand méchant loup à même d’effrayer les enfants est-il né ? Pas vraiment. Le Grand-duc d'Europe est une espèce très farouche, n’attaquant jamais l’homme sauf certains individus échappés de captivité.
Depuis quelques semaines, un Grand-duc approche dangereusement les passants de Purmerend, qui se sentent attaqué. Ces rencontres ne sont pas sans gravité, ses serres puissantes ont entaillé le crâne de certains. Les habitants se baladent maintenant parapluie au bras.

Il est important de mettre en évidence que ce cas est occasionnel et que l’oiseau est très certainement échappé de captivité, n’ayant donc pas peur de l’homme. Les Grands-ducs sauvages sont des oiseaux très farouches fuyant  toute présence humaine. Mais un nombre croissant de rapaces sont détenus en captivité par des particuliers. Les démonstrations de rapaces sont de plus en plus courantes dans les foires, parcs animaliers, etc. 
La LRBPO et Natagora tiennent à rappeler que ces démonstrations sont contraires aux principes élémentaires du bien-être animal : ces animaux ont besoin d’un territoire énorme et pas d’une cage de quelques mètres carrés. Lors des démonstrations, ils sont soumis à un bruit intense, obligés de voler de jour pour une foule bruyante et affamés pour s’assurer un retour vers le dresseur. Après ces démonstrations, certains rêvent de détenir un rapace. Leur commerce, souvent illégal, est donc en extension. Et certains de ces oiseaux détenus s’échappent. Parfois, ils sont même relâchés intentionnellement. Dans le chef de ces rapaces, l’homme est alors associé à la nourriture et il a tendance à s’en approcher pour recevoir la pitance à laquelle on l’a habitué. Ce qui peut mener à de graves problèmes comme à Purmerend.
Il y a une centaine de couples de Grands-ducs en Belgique, ces oiseaux sont sauvages, farouches et ne sont pas dangereux pour l’homme. Par contre, les rapaces échappés de captivité peuvent par leurs comportements anormaux ternir l’image de ces oiseaux majestueux. Les rapaces ne sont pas des animaux de compagnies, ce sont des espèces ayant besoin d’évoluer en pleine nature dans un territoire de plusieurs kilomètres carrés et pas dans une cage de quelques mètres. La LRBPO et Natagora demandent donc l’interdiction des démonstrations de rapaces et un contrôle beaucoup plus strict de leur commerce.
(Photos et illustration : J.-M. Winants)

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

10/02/2015

Film: Bruxelles sauvage

Bxl faune sauvage.jpg

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

20/12/2014

Nourrir les oiseaux en hiver

Comment nourrir les oiseaux en hiver:

http://www.ornithomedia.com/pratique/conseils/comment-nou...

 

Quelles graines donner aux oiseaux?

 

http://www.ornithomedia.com/pratique/conseils/donner-grai...

 

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

01/11/2014

Nourrissage des oiseaux en hiver

Les 11 règles d'un bon nourrissage des oiseaux en hiver


1. Nourrissez uniquement pendant les grands froids ou les pluies incessantes.
2. Disposez de la nourriture matin et soir.
3. Changez l'eau des abreuvoirs régulièrement et n'y ajouter aucun additifs.
4. Nettoyez régulièrement les mangeoires.
5. Protéger les graines de l'humidité et de la pluie.
6. Ne donnez pas d'aliments salés.
7. Placez graines, mangeoire hors de portée des prédateurs.
8. Surtout, n'arrêtez jamais en plein froid un nourrissage commencé, les oiseaux devenus dépendants seraient condamnés !
9. Offrez des aliments variés à plusieurs endroits.
10. Ne donnez pas trop à la fois, la nourriture doit disparaître en quelques heures.
11. Ne proposez jamais d'aliments moisis ou avariés.

08:02 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

01/03/2014

Batraciens sur les routes

e4a47d827a[1].jpg

Photo: Thierry Kinet

A la fin de l’hiver, lorsque les premières nuits douces annoncent le printemps et avant même que les bourgeons n’éclosent, crapauds, grenouilles et tritons sortent de leur torpeur hivernale. Ils entament alors une longue marche vers leur étang natal, pour y déposer, à leur tour, leur progéniture…

Hélas, notre civilisation a érigé sur leur parcours bien des obstacles, dont le plus destructeur est la circulation routière. Surpris par la lumière des phares, ces animaux s’immobilisent sur la route ; ils sont écrasés sous nos roues ou, plus souvent, projetés contre le soubassement des véhicules par le déplacement d’air que ceux-ci occasionnent. Ainsi, à proximité de certains étangs, c’est par centaines ou par milliers que les batraciens sont tués lors de leur migration printanière…

Aidez-les à rejoindre leur lieu de reproduction en participant à des opérations de sauvetage. Votre rôle sera de les faire passer en toute sécurité de l’autre côté de la route.

Pour en savoir plus et trouver l’opération de sauvetage la plus proche de chez vous, rendez-vous sur le site:

http://www.batraciens.be/index.php?id=160

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

27/01/2014

recensement des oiseaux de jardin 1 et 2 février 2014

1520646_10152198706068875_523749831_n[1].png

Pour plus d'informations:

http://www.natagora.be/index.php?id=devine_qui_oiseaux

13:32 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

20/09/2013

29 septembre 2013: Natagora fête ses 10 ans

Venez fêter 10 ans d’action au service de la nature !

40 activités de découverte de la biodiversité, un festival de fanfares déambulantes, un marché de produits de nos réserves, bio et du terroir, un village associatif, des interviews décalées de personnalités, des animations pour toute la famille, de la restauration bio, des artistes de rue et du théâtre-action, des livres nature…

Venez vous éclater aux 10 ans de Natagora !

 

  • "Les Moches pommes" - les pommes les moins jolies sont parfois celles qui ont le plus de goût! Redécouvrir les anciennes variétés et leurs particularités via le toucher et le goût. A partir de 3 ans.
  • Teinture végétale - impression de feuilles d'arbre sur tissus
  • Sculpture sur pierre de sable
  • Maquillage à l'argile
  • Pâte à modeler
  • Parcours sensoriel pour enfants
  • Lutherie sauvage
  • + Tout les différents spectacles d’art de la rue “enfants admis”!

 

  • Dégustation de cuisine sauvage et reconnaissance des "mauvaises herbes"
  • Ateliers d’animations familiales sur le thème de l’arbre à travers le parc
  • À la découverte des oiseaux du jardin
  • La biodiversité à travers les 5 sens
  • Exploration des vergers et de leurs... vins de fruits !
  • Le monde épatant des chauves-souris
  • Tressage de saule
  • Les merveilles de remèdes naturels et des teintures végétales
  • Présentation des réserves de Natagora et de leurs outils de gestion
  • Plongée dans le monde des rapaces nocturnes
  • Fabrication de nichoirs à insectes
  • Atelier de filage de laine des réserves de Natagora
  • Accueillez les martinets et d'autres oiseaux à la maison
  • Expo photos "araignées et insectes de Bruxelles"
  • Sculpture artisanale sur bois
  • Présentation des activités de Natagora dans la zone bruxelloise du canal
  • Le muscardin et autres petits rongeurs (nichoirs, reconnaissance de noisettes...)
  • Tout savoir sur nos escargots et limaces (malacologie)
  • Initiation à l’identification d’insectes
  • Tous les trucs pour ouvrir son jardin à la biodiversité
  • Le terril et ses biotopes rares (reconstitution d’un terril)
  • Balades à la découverte de la flore du parc
  • Jeunes et Nature & Natagora Jeunes : des naturalistes de 7 à 26 ans
  • Reconstitution d’un jardin ouvert à la biodiversité
  • Exposition de photos nature de la vallée de la Haute-Sambre 

 

 

Rendez-vous

Dimanche 29 septembre 2013
Ouverture des portes de 10h à 19h

Parc de Bruxelles (Parc Royal) - 1000 Bruxelles
Accès par la Rue de la Loi, la Rue Royale, la Rue Ducale ou la Place des Palais

Accès entièrement gratuit !
Facilités pour les personnes à mobilité réduite

 

 

 

 

 

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

10/08/2013

WE de la chauve-souris

Pénétrez dans le monde nocturne des chauves-souris !

À la nuit tombée, lorsque les nuées d’insectes s’emparent des lisières et des plans d’eau, un formidable animal fait régner sa loi dans le monde aérien. Unique mammifère à posséder des ailes, la chauve-souris est le fruit d’une étonnante évolution. Véritable acrobate aérien du crépuscule, ces animaux ne se déplacent pourtant qu’à l’oreille utilisant depuis des millénaires des technologies que l’homme ne comprend que depuis quelques années.

Partir à la découverte de ces petits mammifères volants ne laisse personne indifférent. Entendre leurs sonars grâce au détecteur d’ultrasons, et pouvoir observer leur vol furtif à la lueur de torches longue portée, reste une expérience unique proposée au public ce samedi 24 août 2013.

Dans de nombreux endroits en Wallonie et à Bruxelles, Natagora et ses nombreux partenaires invitent les curieux à une soirée enrichissante. Balades crépusculaires, projection de film, animations diverses, tout est mis en place pour vous faire découvrir les chauves-souris.

Cette année, Natagora fête ses 10 ans et tient à vous en faire profiter. Tout au long de l’année, nous vous emmènerons donc avec nous à la découverte de la richesse des milieux agricoles. Découvrez dès maintenant l’importance de ces milieux pour les chauves-souris, avec leurs haies vives, leurs vieilles granges et leurs prés fleuris.

Rejoignez-nous donc ce samedi 24 août et profitez de l’expérience de guides spécialisés passionnés et passionnants.

 

Renseignements sur le site de Natagora:

 

http://www.natagora.be/chauvesouris/index.php?id=nuit_de_...

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

20/07/2013

WE Papillons

Devine, qui papillonne au jardin ?

Le week-end des 3 et 4 août 2013, a lieu la 7e édition de l’opération « Devine, qui vient papillonne au jardin ? », le 7e des 10 événements que Natagora vous propose pour fêter ses 10 ans d’actions pour la nature !

Le recensement des papillons est un des outils pour adopter les meilleures stratégies de conservation. Parmi les constats les plus flagrants, le peu de variétés des papillons dans les régions où l’agriculture est la plus intensive. Découvrez les liens forts entre les papillons et les milieux agricoles.

Le dépliant présentant l'opération et illustrant les principaux papillons de nos jardins sera téléchargeable ici à partir en juillet.

 

Site de Natagora:

http://www.natagora.be/papillons/index.php?id=devine_qui_...

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

17/06/2013

Les renards

Sortir le renard roux de la liste "NUISIBLES"
Depuis de nombreuses années, le renard ne cesse d'être persécuté.
Il est, sur l'ensemble du territoire Français, chassé toute l'année.
Dans le but de l’éradiquer, celui-ci peut être tiré, piégé et même déterré à n'importe quelle période.
De nombreuses études ont pourtant été menées afin de prouver l'utilité de cet animal irremplaçable, et les résultats sont stupéfiants et bien loin de ce que l'on cherche à nous faire croire.
Maître goupil lutte de manière très efficace, biologique et de façon irremplaçable contre la plupart des ravageurs des cultures que sont, les mulots, sur-mulots, campagnols et bien d'autres.
Si ce mammifère extraordinaire venait à disparaître du territoire, jusqu'à 70% des surfaces agricoles seraient alors ravagées. Sans parler de son formidable rôle de nettoyeur de la nature : en se nourrissant des cadavres et animaux malades, celui-ci évite la transmission de maladies qui éradiqueraient des populations entières d'animaux sauvages.
Le gouvernement cède sous la pression des chasseurs qui voient là, et à tort, un chasseur redoutable de petit gibier.
Les populations lorraines de renards roux ne cessent de s'effondrer, il est temps de faire bouger les choses si nous ne voulons pas que maître goupil subisse le même sort que le chat forestier, qui, toujours pou r de faux prétextes, a été décimé jusqu'à ce que le signal d'alarme fut tiré.
Il fut mis sous protection mais aujourd'hui, malgré son statut, ses effectifs ne cessent de baisser.
Je demande que le renard soit retiré de la liste des animaux nuisibles, et à ce qu'une date d'ouverture et de fermeture soit fixée.
Il faut absolument que la chasse du renard soit fermée pendant la période allant des mises bas des jeunes renardeaux jusqu'à leur émancipation.
Il n'y a rien de plus atroce que de voir de jeunes renards mourir de faim dans d’atroces souffrances seuls devant le terrier parce que la mère aura été tuée dans un pré alors qu'elle nous rendait service à tous en nous débarrassant de milliers de ravageurs des champs.

La chasse du renard doit donc être totalement fermée du 1er mars au 1er octobre et ceci est un minimum, car ce mammifère sait se réguler de lui-même en adaptant ses portées de 1 à 6 renardeaux en fonction des ressources alimentaires. Ces ressources sont basées en très grande partie sur l'abondance ou non de campagnols et non sur le petit gibier. Il n'y aurait donc pas besoin de plan de chasse pour le renard.

 

Signez la pétition:


http://www.avaaz.org/fr/petition/Sortir_le_renard_roux_de...

08:46 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

10/06/2013

Hirondelles et Martinets

Devine, combien d'hirondelles sont nos voisines ?

Le week-end des 22 et 23 juin, laissez-vous guider par des spécialistes et apprenez tout sur les hirondelles et les martinets et la manière de les compter.

Ensuite, jusqu'au 30 juin 2013, aidez-nous à les recenser, dans le cadre de l’opération « Devine, combien d’hirondelles sont nos voisines ? », un des 10 événements que Natagora vous propose pour fêter ses 10 ans d’actions pour la nature !

Le formulaire sera disponible ici.

Tout comme le recensement des oiseaux hivernants ou des papillons, celui des hirondelles nous permet de mieux comprendre l’évolution des populations d’animaux sauvages et d’adopter les mesures de conservation nécessaires.

Cinq excellentes raisons de dénombrer hirondelles et martinets

  1. Pour mieux comprendre l’évolution de leurs populations
  2. Car les hirondelles sont des bio-indicateurs de premier ordre
  3. Car un nid «compté» est un nid mieux protégé
  4. Parce que ce sont des oiseaux charmants et passionnants
  5. Pour faire connaissance avec ses voisins

Activités du we:

http://www.natagora.be/hirondelles/index.php?id=2603

 

Autres informations sur le site de Natagora:

http://www.natagora.be/hirondelles/index.php?id=devine_qu...

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

10/05/2013

Nature portes ouvertes: we Natagora

Quelle meilleure période que le mois de mai pour découvrir les merveilles que la nature peut nous offrir ? Le printemps a eu le temps de s’épanouir et le vivant est en fête. Les plantes sont en fleurs et colorent les paysages, les oiseaux paradent et ne se soucient plus de l’homme, des milliers d’insectes aux formes différentes butinent autour de nous, même les mammifères nous font l’honneur de montrer le bout de leur nez.

Natagora possède 4300 hectares de réserves naturelles qu’elle gère et entretient. Pour soutenir le réseau écologique créé par ces réserves naturelles, de nombreux particuliers, entreprises ou collectivités ont inscrit leur jardin ou autre terrain au Réseau Nature et y ont ouvert la porte à la biodiversité.

Voilà donc des centaines de sites qui restent souvent fermés au public, soit afin d’y préserver la nature sauvage, soit parce qu’ils se trouvent sur des terrains privés.

Venez donc profiter ce week-end des 18 et 19 mai de l’occasion exceptionnelle de découvrir ces terrains riches en biodiversité. Vous y découvrirez des milieux rares, des plantes protégées, des paysages à couper le souffle, des papillons protégés et les aménagements de jardins favorables aux batraciens, hérissons ou libellules.

Toutes ces visites sont guidées par des spécialistes de la nature sauvage : guides natures ou propriétaires conscientisés.

Dans le cadre de cette année toute particulière des 10 ans de Natagora, l’événement sera placé sous la thématique de la biodiversité en milieu agricole. De nombreuses réserves de Natagora sont en effet gérées par des agriculteurs, ou incluent des vergers hautes-tiges. Natagora est également fortement impliquée dans de nombreux projets de protection de ces milieux. Venez découvrir l’importance des campagnes pour la biodiversité et l’action de Natagora dans ces milieux.

Programme du we:

http://www.natagora.be/index.php?id=2397

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

25/03/2013

Conférence ornithologique à Bruxelles 26 mars 2013

http://www.aves.be/bruxelles-brabant/index.php?id=2260

 

Elles ont lieu le mardi à 20 h précises à l'Hôtel Communal de Woluwe-Saint-Lambert, 2, avenue P. Hymans, entrée sous la tour, métroTomberg, ligne I, bus 28.

P.A.F. : 4 euros, non membres 5,50 euros et 3 euros jusqu'à 21 ans.

Pour plus d'information, contactez Damien Hubaut 0475/78 38 25

Prochaines dates : le mardi 26 mars 2013

 

Le 26 mars : Le petit bouchon - grèbe castagneux (Hervé Stievenart)

" J'invite les spectateurs à me suivre dans mes marais préférés. Plus je les fréquente, plus j'en découvre de nouvelles facettes, plus je les aime.

Depuis le temps que j'y traîne, j'y observe très régulièrement ce petit bouchon qu'est le grèbe castagneux. Cet oiseau, tout à fait banal et répandu, est discret et souvent méconnu. Depuis toujours, cette petite boule de plumes brun grenat m'a plu. Sa manière de se mouvoir m'a immédiatement fait penser à un petit bouchon de duvet flottant sur l'eau. J'entretiens avec lui, si pas une complicité, à tout le moins une relation particulière et riche en émotion.

Malgré les années, je suis toujours à l'affût d'une attitude, d'un cri, d'un comportement, d'un regard, d'une lumière que je découvre alors avec autant de satisfaction qu'au premier jour. C'est toujours un plaisir de jouer à cache-cache avec lui. Beaucoup le trouve difficile à observer mais, à partir du moment où on le connaît, c'est un régal de le suivre dans son monde magique et méconnu."

La conférence vous montrera les marais par la vie d'un oiseau d'eau attachant et discret.Vous y découvrirez l'oiseau, mais aussi les autres animaux qui fréquentent ce milieu, ainsi que des paysages envoûtants et magiques où l'eau et la brume sont omniprésentes.

Hervé Stiévenart est l'auteur d'un nouveau livre : " Petit Bouchon, un oiseau de marais " qu'il présentera à la conférence

10:58 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

10/03/2013

La nuit de la chouette

http://www.natagora.be/chouettes/index.php?id=nuit_de_la_chouette

Tapi dans l’obscurité sur les traces de votre guide, écoutez hululer les rois de la nuit ! Soyez aux premières loges pour les voir fondre en silence sur leurs proies. Et surtout, apprenez à connaître la vie, mais également les dangers qui guettent les rapaces nocturnes.

Le samedi 23 mars 2013, la Nuit de la chouette propose au grand public des animations gratuites un peu partout en Wallonie et à Bruxelles, sous la houlette de Natagora et d’Aves, son pôle ornithologique.

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

20/02/2013

Participez et/ou soutenez Natagora aux 20 km de Bruxelles

Les 20 km de Bruxelles prendront leur départ sur l'Esplanade du Cinquantenaire le dimanche 26 mai prochain.

Outre le fait de participer à un événement sportif et sympathique, notre participation a pour but d’augmenter la visibilité de Natagora - Natuupunt auprès du grand public et, de récolter des fonds pour l’achat de terrains à hautes valeurs biologiques via notre action "Ensemble, redonnons des couleurs à la campagne !".

Les inscriptions sont dès à présent lancées, rejoignez l'équipe de Natagora!

Comment puis-je participer avec Natagora asbl ?

1. En COURANT sous les couleurs de Natagora, je participe à l’achat d’une réserve naturelle !

Attention inscriptions pour le 10 mars 2013 au plus tard

Inscription : 30 € pour les membres (non-membres : 30 € + affiliation, 24 €).

IBAN : BE55 7925 8256 1844
BIC : GKCCBEBB
(Natagora Ardenne Centrale)

Communication : 20 km de BXL + nom + prénom + tél

+ Envoyez les informations suivantes :
Nom + prénom adresse + adresse email + numéro de téléphone (fixe + gms) + date de naissance + sexe + membre Natagora ou non + a participé/n'a pas participé à l'édition 2012.
À Aurélie Stassen : aurelie.stassen@natagora.be.
Attention sans ces informations votre inscription ne pourra être prise en compte !


Cette inscription, validée par le paiement, comprend :

  • Inscription à la course
  • 1 T-shirt de course
  • La garantie que tous les bénéfices seront investis dans un programme d'achat de réserves naturelles.

Vous êtes encouragés à trouver des parrainages, mais ce n'est pas une condition obligatoire.

 

2. Je suis SUPPORTER des coureurs de Natagora

Je soutiens Natagora mais je ne souhaite pas courir. Dans ce cas, je parraine le coureur de mon choix, en versant le montant que je souhaite. Qu’il s’agisse d’un don de 1, 2, 5, 10, 20 euros… chaque aide est bienvenue !

Vous pouvez verser votre contribution à ce projet sur le compte de Natagora Ardenne centrale en indiquant : PARRAINAGE + nom + prénom.

IBAN : BE55 7925 8256 1844
BIC : GKCCBEBB

Merci d’avance de votre soutien !

3. Mon ENTREPRISE court pour la nature avec Natagora

En participant pour un minimum de 200 €, j’obtiens le droit de faire figurer le logo de mon entreprise avec celui de Natagora sur les T-shirts offerts à ses coureurs. Tout en garantissant ainsi la visibilité de mon entreprise.
Contact : Aurélie Stassen, 0492/88 99 19 - 20km@natagora.be

 

 

Inscriptions & renseignements :

Natagora
Aurélie Stassen
0492/88 99 19

20km@natagora.be

 

http://www.natagora.be/

http://www.natagora.be/20km?utm_medium=email&utm_campaign=Test+7&utm_source=YMLP&utm_term=+Cliquez+ici+

 

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

30/01/2013

Devine qui vient manger chez nous aujourd'hui!

 

Fringilla_coelebs_1.jpg

 

 

Le week-end des 2 et 3 février 2013, a lieu l’opération « Devine, qui vient manger chez nous aujourd’hui ? », le premier des 10 événements que Natagora vous propose pour fêter ses 10 ans d’action pour la nature !

Pour tous renseignements, rendez-vous sur le lien suivant:

http://www.natagora.be/oiseaux/index.php?id=devine_qui_oi...

 

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

10/12/2012

La bergeronnette grise (article de la LRPO)

Article de la ligue Royale de la Protection des Oiseaux

http://www.protectiondesoiseaux.be/

 

La Bergeronnette grise (Motacilla alba)

 

 

Bergeronnette grise

La Bergeronnette grise est certes la plus familière des trois bergeronnettes vivant en Belgique, car elle se rencontre plus aisément, de la campagne à la ville, dans les villages, près des fermes et des étables, sur les gazons ras de nos pelouses et même dans les complexes industriels.

Ce petit oiseau grisâtre, au plumage modeste quoique contrasté, se distingue par la tête blanche, la calotte et la bavette noires et, bien entendu, par la longue queue qu’elle agite nerveusement quand elle trottine, ce qui lui donne une allure gracieuse, élégante et vivace.

Ses exigences quant à son milieu vital, sont très éclectiques : une combinaison bien équilibrée entre des terrains de chasse découverts et des possibilités de nidification. C’est donc un hôte des espaces découverts qu’elle traverse d’un vol onduleux et gracile et où elle recherche sa nourriture au sol, dans les champs (où elle suit la charrue), dans les prés (en compagnie du bétail qui broute) et au bord des chemins de terre qui bordent les cultures et les pâturages.

Elle s’avère peu exigeante en ce qui concerne le choix des sites de nidification. Elle construit son nid à même le sol ou à faible hauteur, mais toujours bien caché dans un endroit sombre et bien abrité : dans un récipient abandonné au sol, dans un mur en ruine, sous un tas de pierres ou de bois, dans le creux d’un saule têtard et parfois plus haut sous les tuiles d’un toit, sur la poutre d’une grange ou dans un nichoir à large ouverture rectangulaire pour semi-cavernicoles.

Oiseau migrateur, la Bergeronnette grise nous quitte généralement en octobre. Cette tendance migratoire n’est pas absolue, quelques individus pouvant hiverner en Basse-Belgique où ils se rassemblent dans des dortoirs communs. Ceux qui nous quittent hivernent au sud de la France, en Espagne, au Portugal et au Maroc. Leur retour commence en février, mais culmine en mars-avril. On peut estimer la population en Belgique entre 45.000 et 75.000 couples.

 

Bergeronnette grise

Carte d’identité

Nom latin : Motacilla alba

Ordre : Passeriformes

Sous-ordre : Oscines

Famille : Motacillidés

Taille : 17 à 18cm

Reproduction : 5 à 6 œufs deux fois par an

Couvaison : 12 à 14 jours

Sevrage : 12 à 13 jours

Répartition : toute l’Europe, sauf au Grand Nord

Statut en Région Wallonne : strictement protégée

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature, Races oiseaux

10/09/2012

Festival de l'oiseau à Virelles

http://www.festivaldeloiseau.be/

Organisé conjointement par Virelles-Nature et Natagora ce Festival se veut à la fois un salon de matériel optique, un grand rassemblement des amis de la Nature et une occasion unique de découvrir l’une des plus belles réserves naturelles du pays, l’étang de Virelles, et sa région environnante.

Laissez-vous tenter par ce grand rendez-vous naturaliste et familial, le temps d’un week-end d’automne, en pleine période de migration du Balbuzard pêcheur.

 

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Actualité, Nature

20/04/2012

L'aube des oiseaux

Ce mardi 1er mai Natagora vous convie à découvrir (partout en Belgique) les oiseaux à l'heure où ils sont les plus actifs...

Renseignements et programme des balades gratuites:

http://www.natagora.be/index.php?id=1911

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature

01/02/2012

Devine qui vient manger chez nous aujourd'hui!

WE du 4 et 5 février 2012: Avec Natagora, comptez les oiseaux de votre jardin:

 

Mesange_bleue[1].jpg

 

Participez ! C’est très simple

1. Observez les oiseaux de votre jardin au moins une heure sur le week-end.
Si vous observez à plusieurs moments de la journée, ou un peu le samedi et un peu le dimanech, vous aurez plus de chance d'observer des espèces différentes.

2. Identifiez les oiseaux de votre jardin grâce à la brochure ou à la page décrivant les oiseaux de vos jardins: http://www.natagora.be/index.php?id=795
La brochure se trouve aussi dans votre magasin Tom & Co.

3. Pour chaque espèce identifiée, notez le nombre maximum d'oiseaux que vous avez observé en même temps. Vous pouvez le noter sur la dernière page de la brochure.


4. Encodez vos observations (accessible dès le 4 février 2012) ou envoyez le formulaire de la brochure par la poste.

Les résultats seront publiés sur ce site.

Participer vous ouvrira la porte à des richesses insoupçonnées dans votre jardin !

Pour bien reconnaître les différents oiseaux:

http://www.natagora.be/index.php?id=794

08:00 Écrit par Dr F. Henin dans Nature